Err

Légendes historiques du département de l'Aisne, MA Poquet

Le livre d'histoire
(Code: LIVaisneLege)
Disponible chez le fournisseur
Disponible sous 15 jours
Légendes historiques du département de l'Aisne
MA Poquet
Editions Le livre d'Histoire 2000
190 pages, 14 * 20
26,37 €
280g
Rien n'est plus agréable (et plus instructif) que cette déambulation savante à travers contrées et lieux-dits de notre département, sous la conduite de l'abbé Alexandre-Eusèbe Poquet, expert en histoire et en légendes. Nul n'aurait pu évoquer à notre intention ces « légendes historiques », heureux mélange de faits authentiques et de « racontars fantaisistes » et surtout les décrypter avec autant de sagacité et d'allégresse que ce prêtre chaleureux et érudit qui fut le fondateur de la Société historique et archéologique de Soissons, devint inspecteur des monuments du département de l'Aisne, tout en exerçant son apostolat avec passion à l'institution des sourds-muets et des jeunes aveugles de Saint-Médard, avant d'être aumônier du dépôt de mendicité de Villers-Cotterêts, puis curé (doyen du canton) à Berry-au-Bac.
     Aucune antinomie, pour cet homme visité par la grâce, entre ce quotidien au service d'autrui, et sous le signe de Dieu, et sa tâche d'historien, ici en quête de lieux et d'événements mythiques - de Chalandry à Ribemont et Verberie, en passant par Laon, les trois Barentons ou la forêt de Saint-Gobain - autrefois objets d'une ferveur populaire et aujourd'hui ignorés ou oubliés dans leur notoriété d'origine.
     Pourquoi cet acharnement à raconter, expliquer, voire décortiquer l'histoire de ces points d'ancrage d'une dévotion naïve, fleurie d'imaginaire, dévoyée dans des pratiques superstitieuses et parfois même sulfureuses, alors qu'il reconnaît lui-même que le savoir objectif est souventes fois mis à mal dans ces récits légendaires qui tendent beaucoup moins à la froideur de l'exactitude qu'à l'envolée séduisante du mythe ? Parce qu'il sait, en connaisseur averti des gens et des choses, que la vérité gît aussi dans l'évocation de ce passé buissonnier, nourri de rêve et de terreur, de désir et de violence, d'approximations et de fatrasies.
     Autour des fontaines et de la pierre, du feu et du démon, du travail et de l'institution du mariage et des tragédies humaines omniprésentes, nos ancêtres n'ont pas seulement laissé ces traces que constituent notre patrimoine architectural, mais aussi tout un florilège de croyances et de mythes que le savant abbé reconstitue avec beaucoup de soin, d'humour et d'indulgence, bien qu'il ne s'intègre pas toujours, tant s'en faut, au merveilleux chrétien ; pour lui, tant de naïveté est précieuse, parce qu'elle représente un mode d'expression, et peut-être de sauvegarde au quotidien, dont l'historien qu'il est se doit de perpétuer le secret.
     Alors suivons-le sur les traces du diable et de la belle Picarde, de saint Rigobert et de la fontaine de la Mort, d'Enguerrand de Coucy aux prises avec un lion et du vacher Tout-le-Monde, de Jehan Sureau et des treize maîtres-maçons de Braine. Nous y trouverons, au-delà des données historiques, tout ce qui fait le sel de la vie : le parfum de l'épopée, le souffle de l'imaginaire, l'omniprésence du danger et tous les chatoiements d'un vécu déjà lointain dont le souvenir doit être (obstinément) préservé