Votre panier
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne
Acces rapide
Accès rapide :
Marques
Recherche
Accueil > Collection privée > Histoire du Lycée Chanzy de Charleville Mézières

Histoire du Lycée Chanzy de Charleville Mézières
Page en favoris
  Retour


Collection privée


Histoire du Lycée Chanzy de Charleville Mézières Imprimerie Lenoir, Charleville


Histoire du Lycée Chanzy de Charleville Mézières (1876-1976)
Pierre Gentil
Imprimerie Lenoir 1976
138 pages, 16 * 22
Ref. produit : ColPerLyce
7.00 €
EPUISE



C'est l'héritier d'un ancien collège qu'un décret pris par Napoléon 1er à Dresde en 1812 avait déjà tenté de transformer en lycée.

Voici reconstituée l'histoire de l'établissement d'enseignement secondaire des Ardennes pendant plus de cent-cinquante ans. Cet ouvrage se réfère, d'abord, pour les trois-quarts du XIX° siècle, aux travaux de René Robinet, longtemps archiviste du Département. Ce fut l'époque où un collégien nommé Arthur Rimbaud marqua les lettres françaises, et fit rayonner le nom de Charleville à travers le monde.

Les collégiens frondeurs surent faire sourire la population, lorsque les troupes prussiennes occupèrent les Ardennes après l'effondrement du Second Empire en 1870. Les élèves de l'établissement, alors municipal, eurent bien des démêlés avec les séminaristes qui cohabitaient avec eux. Il fallut un incendie, en 1876, pour que le Maréchal de Mac-Mahon, président de la République, créât le « seul Lycée national » des Ardennes. Alors, les lycéens remplacèrent des étalons de race dans les murs des anciens haras impériaux du Petit-Bois.

Depuis 1893, le Lycée a pris le nom du Général Chanzy, illustre ardennais qui, à la tête des Armées de la Loire, résista jusqu'au bout à l'invasion allemande de 1871. Chanzy fut aussi Gouverneur-Général de l'Algérie, et Ambassadeur de France en Russie.

Les archives du Rectorat de Douai permettent de reconstituer au jour le jour la vie du lycée : on y acquiert une grande admiration pour la conscience des proviseurs, et la haute culture des professeurs. Chaque année, au banquet de l'Association des Anciens élèves, un orateur, qui a fait ses études « au Bahut *. doit, dans un discours montrer aux générations actuelles, comment, parti du Lycée Chanzy, il est parvenu à un poste important. Chaque année, le proviseur parle des difficultés rencontrées par le Lycée, malgré les efforts du Gouvernement, et l'appui qui ne se dément jamais, du Maire de Charleville-Mézières.

Ce livre est l'existence quotidienne de l'établissement qui, chaque année, envoie des Ardennais dans les Universités, les Grandes Écoles ; on voit vivre les Ardennes, la séparation des Églises et de l'État au début du XXe siècle ; puis au commencement de la Grande Guerre, l'arrivée de la Garde impériale de Guillaume II, Empereur d'Allemagne à Charleville en 1914. Le lycée parvint à survivre dans le département martyrisé ; il célébra ensuite le souvenir de tous ses élèves morts pour la France. Alors, les Ardennais s'indignèrent des années d'austérité et de crises qui suivirent une victoire si chèrement acquise.

La nouvelle tourmente de 1940 débute dans une tranchée serpentant au milieu de la Cour d'honneur du Lycée Chanzy, tandis que le canon tonne sur la forêt des Ardennes. Pendant trente années encore, nous revivrons les travaux et les jours de la jeunesse ardennaise, tournée vers un avenir qu'on espère radieux.



Site réalisé avec PowerBoutique - creation de site internet