Votre panier
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne
Acces rapide
Accès rapide :
Marques
Recherche
Accueil > Collection privée Ardennes > La Grande Amie, Pierre L'Ermite

La Grande Amie, Pierre L'Ermire
Page en favoris
  Retour


Collection privée Ardennes


La Grande Amie, Pierre L'Ermite Maison de la Bonne Presse - Paris


La Grande Amie
Pierre L'Ermite
Ouvrage couronné par l'Académie Française
Bonne Presse - Paris 1934
132 pages, 17 * 25
Ref. produit : ColPerErmAmi
15.00 €
EPUISE



Pierre L'Ermite (Edmond Eugène Loutil)  est né en novembre 1863 au sein d'une modeste famille ardennaise, à Mohon, commune attenante à Mézières (la préfecture des Ardennes). Il est le fils de Théophile Loutil, menuisier de son état, et de son épouse Thérèse Schomas, d'origine alsacienne. Très jeune, ses études le conduisent à Paris, chez les Frères des écoles chrétiennes, au petit séminaire de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, puis au grand séminaire d'Issy. Âgé de vingt ans, il est atteint de tuberculose, mais il en guérit, « miraculeusement », lors d'un séjour en Alsace. Il est ordonné prêtre en 1888.En tant qu'ecclésiastique, il débute comme vicaire à Clichy-la-Garenne, en proche banlieue parisienne. Il s'intéresse concomitamment au journalisme, pour diffuser ses convictions vers un public plus large : « la parole du prêtre dans son église n'atteint guère que les convertis. Le journal, lui, va partout ». En 1896, il devint vicaire à l'église Saint-Roch, dans le premier arrondissement. Il anime des conférences avec l'abbé Louis Poulin. En 1906, il est nommé second vicaire à l'église Saint-Pierre-de-Chaillot, dans le seizième arrondissement. En 1913, il devient curé de l'église Saint-Jean de Montmartre, construite depuis moins de 10 ans, dans le quartier du 18e arrondissement, un quartier fréquenté par les artistes de la Belle Époque. il est surnommé le «curé du Moulin-Rouge» et tente d'ailleurs en 1915 d'acquérir ce lieu de plaisir pour en faire un sanctuaire religieux, sans parvenir à concrétiser cette acquisition. En 1919, le cardinal Amette le choisit comme curé de Saint-François-de-Sales, dans le dix-septième arrondissement, fonction qu'il assume jusqu'à sa mort. Il s'occupe également de colonies de vacances catholiques, conçues comme un prolongement du patronage paroissial : il séjourne notamment tous les étés de 1919 à 1941 au sein d'une colonie qu'il a implantée à la Garennerie, sur l'île de Noirmoutier.Pierre l'Ermite est également journaliste et secrétaire de rédaction au journal La Croix. Il y écrit, durant toute sa vie active, de nombreux articles, jusqu'aux années 1950, sous le pseudonyme de Pierre L'Ermite (choisit en mémoire du prédicateur Pierre l'Ermite). De même est-il romancier. On lui doit enfin le financement et l'édification de l'église Sainte-Odile, toujours dans le dix-septième arrondissement. Il est fait, à titre honorifique, chanoine honoraire du Chapitre de Paris, puis, en 1948 protonotaire apostolique, ce qui lui confère le titre de Monseigneur.Il décède en avril 1959, âgé de quatre-vingt-seize ans.

Articles similaires
Ces articles peuvent aussi vous intéresser
La Trouée, Pierre L'Ermite
15.00 €
La Trouée, Pierre L'Ermite - Maison de la Bonne Presse - Paris

La Trouée
Pierre L'Ermite
Maison de la Bonne Presse 1931
144 pages, 17 * 25

 > Plus d'infos

Site réalisé avec PowerBoutique - creation de site internet